Vous êtes ici

Votre auditoire

À un certain moment, vous devez commencer à vous concentrer sur votre lecteur ou votre lectrice. Vous devez organiser la rédaction déjà terminée pour qu’elle réponde à ses objectifs de lecture.

Dans le cadre de ce genre de révision, il peut être efficace d’imaginer un lecteur fictif. Visualisez comment cette personne réagirait à ce que vous avez écrit; cela vous aidera à décider ce que vous avez besoin de dire pour établir le « contexte » de votre discussion et d’être convaincant au sujet des points principaux.

Quelquefois, votre professeur ou votre professeure vous demandera de vous adresser à un public en particulier. Par exemple, elle ou il pourrait vous demander de formuler une recommander à un conseil scolaire une politique à adopter dans ses écoles afin de résoudre un problème précis. Dans des cas comme celui-là, mettez-vous à la place du lecteur fictif et tenez compte des questions que les gens pourraient poser; des renseignements dont ils ont besoin et de la sorte d’argumentation qu’ils trouveraient vraisemblablement convaincante.

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour en apprendre davantage sur la façon de répondre aux attentes de votre lecteur ou votre lectrice en matière de clarté et de sens.

Clarté

Il est particulièrement important de fournir à votre lecteur ou à votre lectrice des signaux pour rendre plus claires la logique et l’organisation de votre document.

L’une des stratégies les plus utiles consiste à insérer des mots et des locutions de transition. Ainsi, des mots comme « donc », « toutefois », « en outre », « autrement dit » et « par exemple », aident le lecteur ou la lectrice à comprendre les liens entre vos idées à mesure que vous les lui présentez.

Il existe également de nombreux verbes d’attribution différents que vous pouvez utiliser pour indiquer à votre lecteur ou à votre lectrice les positions prises par les gens que vous citez dans votre essai. Par exemple, « Jean prétend que… », « Séguin avance que... », « Lévesque convient que… », et « Plessis conteste... », aideront tous votre lecteur ou votre lectrice à comprendre le lien des auteurs et des auteures aux idées traitées.

Regardez de près vos phrases et vos paragraphes afin de déterminer d’autres façons de les organiser pour que le texte soit plus facile à lire.

Assurez-vous que les mots choisis sont aussi justes que possible, pour qu’ils disent exactement ce que vous voulez exprimer.

Vérifiez s’il y a des répétitions non nécessaires afin d’éviter d’ennuyer ou de mêler votre lecteur ou votre lectrice.

Sens

À mesure que vous étayerez vos phrases pour en faire des paragraphes, et que vous enregistrerez des progrès en analysant dans quelle mesure ils seront compris de votre auditoire, vous aurez l’essentiel d’une première ébauche du corps du travail. Une bonne question à se poser à cette étape est « Et puis? » Un bon travail aidera le lecteur ou la lectrice à comprendre pourquoi les idées, les enjeux et le raisonnement traités dans ce document ont réellement de l’importance. Essayez de vous assurer d’avoir, dans votre travail, une réponse à cette question que se pose votre lecteur ou votre lectrice.

Apprendre à voir votre rédaction avec les yeux de quelqu’un d’autre est difficile et demande de la pratique. Une tactique utile, lorsque vous avez une ébauche dont vous êtes relativement satisfait ou satisfaite, consiste à vous éloigner et de l’oublier pendant une journée ou deux; ce recul vous permet de mieux voir le document, de le voir plus objectivement et du point de vue d’un autre lecteur ou d’une autre lectrice.

Quel que soit votre auditoire, il n’en demeure pas moins que ce sera votre professeur ou professeure qui lira et accordera une note au travail. Assurez-vous donc que vous avez lu attentivement les directives et que vous avez compris ses attentes. Si vous avez des doutes, demandez-lui comment vous devriez imaginer votre auditoire.