Vous êtes ici

Gérer un sujet

Dans certains cas, votre sujet ou votre question peut être trop vaste pour la traiter avec succès à l’intérieur de la limite maximale de votre travail écrit. Il vous faut donc une stratégie pour limiter l’étendue de votre travail de sorte qu’il soit plus facile à gérer.

D’un autre côté, certains sujets peuvent être trop restreints ou certaines questions trop centrées pour un travail. Il vous faut alors réfléchir à des façons d’élargir le sujet.

Il n’est pas toujours facile de déterminer si un sujet est trop vaste ou trop restreint pour un travail particulier. En cas d’incertitude, consultez votre professeur ou votre professeure.

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour revoir des stratégies courantes pour restreindre ou élargir un sujet. Consultez aussi le document En bref

Qui : des groupes clés, des penseurs, des institutions

Pour certaines questions particulières, vous voudrez peut-être vous limiter à un petit nombre de groupes clés, de penseurs ou d’institutions, et à leur rôle ou influence sur une question en particulier. Voici des exemples où le choix de « qui » permet de préciser une recherche et de la limiter à une question particulière pour la rendre plus facile à gérer :

L’acheminement de l’aide aux pays en développement :

  • l’influence du Fonds monétaire international
  • le rôle de Médecins sans frontières
  • l’impact sur les femmes

La notion des archétypes :

  • chez Northrop Frye
  • chez Carl Jung
  • chez Claude Lévi-Strauss

Pour élargir le sujet, il faut examiner les rôles joués par les multiples institutions et personnalités. Comment ces rôles peuvent-ils être liés entre eux ou entrer en conflit? Quelles comparaisons peuvent être établies entre les approches et les effets de ceux-ci?

Quoi : Les aspects ou facettes d’un sujet en particulier

La plupart des questions ou des sujets comportent différents aspects ou facettes. Pour cerner un sujet, il faut penser à le restreindre à un ou deux aspects précis. Voici des exemples de questions particulières :

L’enseignement postsecondaire :

  • les approches pédagogiques
  • les possibilités d’emploi pour les diplômés ou les diplômées
  • l’organisation administrative des universités

La démocratie parlementaire au Canada :

  • la Chambres des communes
  • le Sénat
  • les pouvoirs réservés à l’exécutif
  • le scrutin majoritaire uninominal à un tour

Vous pouvez ajouter d’autres aspects ou facettes à une question afin d’élargir votre sujet.

Où : région géographique / pays

Comme dans le cas où vous restreignez votre recherche à une période de temps précise, vous pouvez préciser votre sujet en le limitant sur le plan géographique. Voici des exemples où la restriction à une région géographique a permis de rendre le sujet plus facile à gérer :

1.  L’autodétermination des indigènes, des Autochtones

Étudiez la possibilité de vous limiter à une région géographique :

  • au Canada
  • en Australie

2.  Les risques environnementaux associés à l’exploration pétrolière

Pensez à vous limiter à une région géographique :

  • sous les fonds marins (p. ex. : dans la mer du Nord)
  • de dépôts sédimentaires (p. ex. : les sables bitumineux de l’Alberta)

Pour élargir votre sujet, retirez des paramètres par région ou par pays, ou ajoutez-en d’autres. Par exemple, pour élargir le sujet « les stratégies d’atténuation des effets néfastes de la toxicomanie sur les jeunes de Toronto », il faut étendre la portée géographique à d’autres centres urbains du Canada.

Quand : période ou époque

Une stratégie utile pour préciser son sujet, c’est de faire porter son travail sur une période précise de l’histoire. Voici des exemples de questions qu’un découpage dans le temps rend plus facile à gérer :

1.  Le développement des droits des femmes au Canada

Concentrez-vous sur une période précise :

  • avant la Première Guerre mondiale
  • dans les années 1960
  • durant la période post-1980

2.  La syndicalisation des travailleurs aux États-Unis

Limitez votre recherche à une période :

  • dans les années 1960
  • durant la période post-1980

Si votre sujet porte sur une époque trop limitée, pensez à élargir votre recherche sur une période de temps plus étendue. 

Pourquoi : perspectives disciplinaires et optiques théoriques

Il faut penser à aborder votre sujet à l’aide de perspectives disciplinaires ou de théories particulières. Gardez à l’esprit les thèmes du cours pour lequel vous rédigez ce travail ainsi que les perspectives et les approches théoriques présentées en classe.

Souvent, les chercheures et les chercheurs de disciplines différentes approchent un même sujet tout à fait différemment. Prenez, par exemple, la question de « l’inégalité des revenus ». Voici différents sujet qui peuvent découler de la perspective disciplinaire avec laquelle on aborde cette question :

  • l’économie : le lien entre la répartition des revenus et la croissance économique
  • la sociologie : le lien entre l’inégalité des revenus et la santé de la population
  • la science politique : le lien entre l’inégalité des revenus et la transparence démocratique

Même au sein d’une même discipline, les chercheures et les chercheurs peuvent aborder une question à l’aide de différentes perspectives théoriques. Par exemple, un spécialiste littéraire peut analyser un texte à l’aide de l’optique marxiste, structuraliste ou postmoderniste. Un politicologue peut interpréter une question dans une optique réaliste ou constructiviste.

Il peut également être utile d’imaginer les questions que pourraient poser différents groupes liés à la question. Par exemple, examinez la gamme de questions qui pourraient être posées au sujet du financement de l’éducation postsecondaire :

  • le gouvernement : Comment augmenter l’accès aux études postsecondaires pour les étudiantes et les étudiants économiquement marginalisés sans augmenter les budgets?
  • un étudiant ou une étudiante : Comment puis-je avoir accès à des fonds suffisants tout en étudiant à plein temps?
  • un enseignant ou une enseignante : Quels sont les effets de l’augmentation des effectifs par classe sur la capacité de se livrer à des activités d’apprentissage interactives en salle de classe?