Vous êtes ici

Que puis-je faire pour soutenir un être cher qui est très anxieux en raison de la pandémie de COVID-19 ?

Face à la pandémie, nous réagissons tous différemment. Si un membre de votre famille ou un.e ami.e est inquiet.ète ou apeuré.e, écoutez cette personne et faites preuve d’empathie. Certains voudront exprimer leur peur ou leur colère face à la situation, tandis que d’autres voudront tenter de régler des problèmes.

Si la personne y consent, expliquez-lui la situation de façon simple et directe et demandez-lui comment vous pouvez l’aider. Restez-en aux faits et offrez-lui des ressources si elle s’y montre intéressée (voir Composer avec le stress et l’anxiété). Communiquez avec elle régulièrement pour vous assurer qu’elle n’est pas trop stressée et que sa santé mentale ne s’est pas détériorée. Dites-lui que vous êtes toujours prêt.e à l’écouter.

Parallèlement, vous devez prendre soin de vous et ne pas consacrer tout votre temps à aider les autres. N’hésitez pas à dire que vous avez besoin d’échapper à la peur et à l’anxiété, ne serait-ce que pour un instant. Comme l’être cher, vous pourriez vous aussi avoir besoin d’aide. Dans ce cas, vous pourriez vous soutenir l’un l’autre, tout en respectant la capacité d’aider de chacun.

Un.e ami.e parle constamment de la COVID-19 et envisage les pires scénarios. Que puis-je faire ?

Il peut être utile de parler du stress qu’on éprouve avec des collègues, des amis ou des membres de la famille. Toutefois, il ne faut pas oublier que ces personnes sont peutêtre elles-mêmes très stressées ou anxieuses et ont du mal à composer avec la situation, et que vos anxiétés pourraient accroître les leurs.

Il se peut que vous entendiez des choses inexactes au sujet du virus. Tenez-en compte si ce qu’on vous dit ne correspond pas à l’information fournie par Santé Canada ou l’Organisation mondiale de la Santé. Dans la mesure du possible, vous voudrez peutêtre limiter les contacts avec les personnes qui parlent uniquement de la COVID19 et envisagent les pires scénarios.

Que puis-je faire pour composer avec la solitude pendant mon isolement ?

Il est normal de se sentir seul.e pendant l’isolement. Consultez la section sur les moyens de composer avec l’isolement. N’oubliez pas de continuer de vous isoler de votre famille et de vos amis afin d’éviter de propager le virus. Reportez-vous au document Comment s’auto-isoler, rédigé par Santé publique Ontario.

Sachez quand vous renseigner et quand prendre une pause.
Il est important de se tenir au courant, certes, mais une information excessive peut être désavantageuse. Consultez les sources d’information, comme les bulletins de nouvelles et les journaux, une fois par jour ou moins si possible. Bien que la situation évolue rapidement, les changements apportés tous les jours n’auront probablement pas d’incidence sur les mesures à prendre pour gérer votre risque.

Déconnectez

  • Prévoyez un moment de la journée où vous mettrez de côté tous les appareils électroniques, y compris votre téléphone, votre tablette et votre ordinateur, et ne consultez pas les médias sociaux.
  • Livrez-vous à des activités saines et amusantes comme la lecture, le travail et l’exercice.

Je n’arrive toujours pas à composer avec la situation. Que puis-je faire ?

Il se peut que les mesures que vous avez prises pour réduire le stress et l’anxiété n’aient pas donné les résultats escomptés. Si vous éprouvez toujours une détresse intense en raison de la COVID-19 et que vous vous sentez incapable d’y faire face, vous devrez peut-être consulter votre médecin de famille ou un.e psychologue, un.e psychothérapeute ou un.e autre professionnel.le de la santé.

Comment composer avec l’isolement ?

La quarantaine et l’auto-isolement peuvent susciter un large éventail d’émotions comme la peur, la colère, la tristesse, l’irritabilité, la culpabilité et la confusion. Les personnes dans cette situation peuvent avoir du mal à dormir ou, inversement, être soulagées. Les êtres humains sont sociables et ont besoin de tisser des liens entre eux pour s’épanouir. C’est pourquoi l’isolement peut être difficile. Voici des suggestions pour vous aider à traverser ces moments difficiles :

  • Tenez-vous occupé
  • Interactions sociales
  • Prenez soin de vous
  • Préparatifs

Comment soutenir un être cher ?

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont préparé un document très utile sur les mesures de sécurité à prendre à la maison si vous même ou un membre de votre famille devez vous isoler ou vous mettre en quarantaine (document en anglais seulement). La plupart des cas de propagation de la COVID-19 sont attribuables aux contacts étroits entre les personnes. C’est pourquoi il est extrêmement important de séparer la personne à risque des autres membres de son foyer. Malheureusement, cela peut aggraver l’isolement ou le sentiment d’abandon, particulièrement chez les personnes qui ont une maladie mentale ou un trouble du développement.

Voici les mesures à prendre pour soutenir un être cher :

  • Demeurez en communication et parlez régulièrement, que ce soit par appel vidéo, au téléphone, par des applications de messagerie ou des textos. 
  • Écoutez-la attentivement. 
  • Si elle y consent, présentez-lui les faits sans vous disputer avec elle.
  • Demandez-lui ce qu’elle pense de la situation, comme vous la lui avez décrite.
  • Demandez-lui comment elle se sent, si elle a besoin de nourriture, si elle souhaite que vous fassiez quelque chose pour elle ou si vous pouvez l’aider d’une autre façon.
  • Aidez-la à se changer les idées en travaillant, en s’adonnant à ses passe temps préférés, en écoutant de la musique, en regardant des films ou se livrant à d’autres activités.
  • Aidez-la à établir un horaire pour structurer sa journée et encouragez la à ne pas prendre connaissance trop souvent des bulletins de nouvelles.
  • Si la personne a une maladie mentale, assurez-vous qu’elle peut prendre ses médicaments et que son état ne se dégrade pas.
  • Mettez-la en contact avec son fournisseur de soins de santé ou avec un service de soutien en ligne fiable et reconnu 

Si vous-même ou l’être cher vous inquiétez de l’apparition de nouveaux symptômes, suivez les directives de votre bureau de santé sur l’accès aux soins.