Vous êtes ici

L'Université de Hearst accueille de façon très positive l’annonce de la volonté de la ministre Mulroney et du ministre Romano d’entreprendre des discussions avec la ministre Joly au sujet d’une contribution financière fédérale pour la mise en œuvre de l’Université de l’Ontario français (UOF). Il s'agit là d'une nouvelle favorable à la francophonie ontarienne qui réclame depuis longtemps davantage de services de formation postsecondaire gérés par et pour les francophones en Ontario.

L'Université de Hearst a par ailleurs signalé son intérêt à collaborer avec l'UOF dès l'annonce du projet initial. Ce partenariat naturel vise à accroitre et consolider l'offre de programmes universitaires de langue française dans le centre sud-ouest et ailleurs en province. « Il allait de soi d'établir et de cultiver un partenariat avec l'UOF dès le départ. Bien que notre établissement a desservi plus particulièrement la population francophone du nord de la province depuis 65 ans, elle contemple l'idée d'un réseau élargi » de déclarer Luc Bussières, recteur de l'Université de Hearst.

L'UdeH voit, dans l'annonce faite hier, la volonté du gouvernement Ford de s’intéresser aux besoins des francophones en province. Elle demeure optimiste face aux échanges entre les deux paliers de gouvernement, de sorte que la communauté francophone puisse voir les prochaines étapes du projet se concrétiser.