Vous êtes ici

La mobilité étudiante internationale occupe une place importante dans les stratégies institutionnelles de l’Université de Hearst. Il va sans dire qu’étudier dans un autre pays comporte plusieurs attraits comme l’occasion de visiter de nouveaux lieux géographiques, historiques ou gastronomiques. L’expérience peut aussi s’avérer riche en nouvelles amitiés et en rencontres tout au long du séjour à l’étranger. Celles-ci facilitant l’adaptation au nouveau milieu, mais d’autant plus permettant la découverte des cultures.

C’est dans cette optique que Britney Whissel étudiante en psychologie s’engage dans une aventure enivrante, aventure qu’elle convoitait depuis longtemps. « Depuis l’âge de 15 ans, je rêvais de partir en échange pour découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture. Grâce à la mobilité étudiante internationale offerte par l’Université de Hearst, j’ai eu la chance de réaliser ce rêve. Au mois d’aout 2017, je suis partie pour la France et ce fut une expérience inoubliable. Dans les quelques mois passés en Europe, j’ai eu l’occasion de voyager dans 12 différents pays européens. Cette expérience m’a permis d’apprendre plein de nouvelles choses, de sortir de ma zone de confort et de rencontrer des gens de différentes régions du monde, dont plusieurs sont maintenant mes meilleurs amis. J’ai aussi eu la chance de poursuivre mes études en psychologie à une université située dans une petite ville française nommée Albi. J’ai appris à m’intégrer dans un système d’éducation complètement différent du nôtre en plus de rencontrer plein d’étudiantes françaises et d’étudiants français, ce qui m’a permis de pratiquer mon français. Mon temps passé en échange international fut une expérience que je n’oublierai jamais. Ce fut une des meilleures expériences de ma vie et j’en suis extrêmement reconnaissante. Je le recommande énormément à tous ceux et celles qui considèrent partir en mobilité étudiante. »

Les expériences de mobilités internationales sont aussi vues d’un très bon œil par les gestionnaires des ressources humaines et les employeurs. En fait, elles peuvent s’avérer un facteur de différenciation parmi les nombreuses candidatures à un poste. Des sondages menés par le BCEI et Universités Canada révèlent que 80 % des employeurs pensent que les compétences culturelles et la connaissance des marchés étrangers ont une grande valeur pour leur entreprise. Ces organismes remarquent également que les finissantes et les finissants ayant bénéficié des programmes de mobilité obtiennent un emploi plus rapidement que celles et ceux qui n’ont pas cette expérience internationale. Les compétences internationales et culturelles figurent parmi les atouts indispensables pour œuvrer dans un monde changeant.