Vous êtes ici

Cours en bloc, classes contingentées à 20 personnes, apprentissage par l’expérience, voilà la combinaison parfaite pour laisser carte blanche à ses étudiantes et à ses étudiants en salle de classe. En fait, c’est ce que Isabelle Chouinard-Roy, professeure dans le programme d’enjeux humains et sociaux a permis à ceux-ci dans son cours intitulé Éthique et société. La tâche était simple : faire un projet Photovoix.  Pour celles et ceux qui ne sont pas familiers avec le projet Photovoix, c’est d’utiliser la photographie comme moyen de prise de parole pour réfléchir et partager son expérience. La méthode photovoix apporte de nouvelles idées et des points de vue afin de sensibiliser les personnes d’une communauté sur des enjeux et des problèmes auxquels elle fait face.

Ce sont donc 16 étudiantes et étudiants qui ont dû délibérer pour choisir le sujet de leur projet. Voilà une expérience qui se doit de créer un engagement et un effort collectif, des compétences nécessaires sur le marché du travail ça c’est certain! Compte tenu de la diversité des cultures, des croyances et des expériences des membres, le groupe a choisi de présenter les divers enjeux du nord de l’Ontario selon la perspective individuelle des membres. Les problématiques sont interprétées sur photo en fonction des recherches effectuées. Elles oscillent entre la politique et l’économie ou encore entre l’immigration et les normes sociétales, entre autres. Suite à un consensus, le groupe choisit l’évolution du Photovoix en production vidéo. En choisissant cet outil, il ajoute un appui sonore permettant d’expliquer davantage l’idée derrière la photo. Vous retrouverez donc 16 problématiques présentées par une photo et deux autres photos dont les étudiantes et les étudiants trouvaient important de présenter.

Les objectifs souhaités du Photovoix consistent à :

  • documenter et refléter les préoccupations, les luttes et les forces de sa communauté;
  • discuter en groupe tout en favorisant un dialogue critique afin de produire des connaissances partagées;
  • s’engager personnellement afin de susciter des changements (de perspective);
  • générer un processus social de conscience critique (capacité de poser un regard critique sur le monde ou sa communauté en prenant conscience de ses propres perceptions).

Cette vidéo vous présentera certainement des réalités que vous connaissez déjà mais elle vous présentera également des problématiques que vous n’avez jamais vécu ou que vous ne vivrez probablement jamais. J’espère que cette vidéo, comme souhaité par les étudiantes et les étudiants du cours d’éthique, nous permettra, en tant que communauté, de comprendre et de vivre comme si l’on est un. Comme la fameuse philosophie Ubuntu le suggère : je suis parce que tu es.

Alors, partagez cette vidéo, montrez-la au plus grand nombre, faites-là découvrir aux organismes et aux entreprises locales.